Blog

A pour Aura

looking-at-painting1

Pour ce dernier article, j’aimerais revenir sur un sujet du cours, le premier, pour être précise. L’idée de l’aura, qui m’a toujours rendue perplexe. L’idée qu’un œuvre d’art contient plus d’émotions, plus d’impact qu’un autre m’a porté à réfléchir sur l’idéologie de Walter Benjamin et sur mon interprétation personnelle du concept de l’aura.

Une création artistique peut être plusieurs choses : un tableau, une pièce de théâtre, une sculpture, mais aussi un film, une photo ou de la musique. Mais, dans ces 6 exemples, seulement la moitié contiendrais une aura. Le Hic et Nunc de l’œuvre, le ici et maintenant, serait l’ingrédient magique qui transforme un objet en quelque chose qui nous pousse à nous questionner, à contempler et à nous recueillir. L’histoire de la création de l’objet en question lui donnerait plus de valeur spirituel qu’un objet produit à la chaine, qu’un objet banal qui n’est pas classé comme œuvre d’art. Pourtant, plusieurs personnes affirment qu’un livre contient une aura, même si celui-ci est produit à la chaine, la musique touche profondément dans millions de personnes l’écoutant directement de leur téléphone intelligent et nombreux sont les spectateurs qui ont été marqué par un film qui a influencé qui ils sont aujourd’hui en modifiant la façon dont ils voient le monde. Même si une œuvre et reproduite, digitale ou traditionnelle, elle peut, selon moi, contenir une aura. À force de réfléchir sur le sujet, j’aimerais modifier ma définition personnelle de l’aura. Ce billet est évidement mon opinion, l’idéologie de Benjamin reste la même, je veux simplement développer la mienne et la partager avec vous. Je pense que l’aura ne se trouve pas dans l’œuvre, mais bien dans la personne qui la contemple.

6a00e554d86f248833016767309ac0970b-800wiBien qu’une peinture de la renaissance soit vieillie par le temps et par sa singularité, la peinture n’est qu’une toile remplie de pigments de couleurs sans quelqu’un pour la regarder. Si un arbre tombe dans la forêt, mais que personne n’est là pour l’entendre, fait-il vraiment du bruit? C’est de ce même concept que je parle. Une création artistique sans quelqu’un qui la regarde n’émane pas d’ambiance spirituel, n’a pas d’impact sur le vide qui l’entoure. C’est l’expérience individuel de l’être humain qui créer cet idée d’aura, c’est dans chaque individu que nait ce désir de recueillement qui nous pousse à réfléchir sur l’art. Certain ne réagiront pas devant ce fameux tableau de la renaissance, tandis que d’autres passeront des heures à le contempler. C’est difficile de définir quelque chose d’aussi abstrait, mais, personnellement, je crois que l’accessibilité, la reproductivité, la situation ou l’époque d’un œuvre n’est pas ce qui lui donne son aura, c’est nous qui créons cette idée et qui la projetons sur un ouvrage qui nous touche et qui reflète nos souvenir, notre spiritualité ou notre conception du monde. Si je pousse cette logique un peu plus loin, je pourrais même dire que, dans ce cas, c’est l’être humain qui est l’œuvre d’art. On peut même appliquer le concept de l’aura de Walter Benjamin à l’individu, qui a de l’histoire, qui influence ceux qui l’entoure et qui est remarquablement unique.

50-famous-portrait-photographers-you-need-to-see

Merci de m’avoir lu (si vous m’avez lu haha!), j’ai beaucoup aimé écrire ces articles qui m’ont poussé à des réflexions que je n’aurais peut-être jamais fait sans l’aide du cours de Louis-Paul ou de ce blog obligatoire. Si vous êtes un de mes collègues, sachez que j’ai aussi beaucoup aimé vous lire et que vos opinions et vos critiques ont enrichi ma façon de pensé, même si j’étais parfois en désaccord. J’espère que l’on va tous continuer à réfléchir sur des sujets comme ceux que l’on a vue en cours et que chacun d’entre nous garderons cette flamme qui nous pousse à vouloir apprendre et s’améliorer. Bon congé tout le monde, reposez-vous bien!

The Ghost Writter vous dit au revoir!

agents-of-shield-ghost-rider-robbie-reyes-gabriel-luna.jpg

Advertisements

Feminism Is Not A Dirty Word

Cet article est en réponse à La vérité Immonde, Patate pilée, Sisi la Médiatrice, The Creator07, Xyrem et tous ceux qui ont déjà écrit des articles à thèmes féministes ou égalitaire.

Le féminisme est une cause qui me tient à cœur, pour une description plus en profondeur du mot, visitez l’article de Patate Pillé. Étant moi-même une femme, j’ai beaucoup de difficulté à ne pas voir la façon dont nous sommes traités différemment dans la société. Généralement, quand j’en parle aux hommes de mon entourage, ceux-ci écarte mes inquiétude d’un mouvement de mains, clamant que ‘’aujourd’hui, ce n’est plus comme ça’’, ou que ‘’les hommes aussi vivent de la discrimination’’, ce qui est vrai, mais qui change le sujet et le ramène vers le sexe masculin. Bien sur l’inégalité affecte les hommes, mais je crois que le tout germe de l’aversion que la société a pour la femme et tout ce qui est féminin. Je m’explique : quand un homme montre des émotions, il est traité de tapette et on lui demande de de se faire ‘’pousser des couilles’’. C’est donc quand un homme montre des traits que la société voie comme féminins qu’il est mal vue puisque, depuis longtemps, être féminin(e) est synonyme d’être faible, d’être inférieur, et c’est ce qui cloche dans cette situation.

_93784268_828d316b-0dae-4ced-bbda-7606f5cf6cdc

La femme est depuis si longtemps oppressé et vue comme un être inférieur à l’homme qu’il est devenue difficile de voir quand celle-ci est traiter de façon discriminatoire.  C’est ancré dans nos tête depuis l’enfance qu’un certain comportement vis-à-vis la gente féminine est normal, même si celui-ci ne serait jamais toléré s’il serait appliqué au sexe opposé. J’aime parfois jouer à un petit jeu qui s’appelle ‘’Et si c’était un homme/une femme?’’ où je change le sexe d’une personne dans une série-télé, un film, un livre ou même une situation réelle pour voir si le contexte dans lequel ce personnage se trouve changerais ou serait vue différemment. Dans la plupart des cas, l’ensemble des changements apporté par un simple changement de sexe est assez troublant. Imaginez le cast du film Les Avengers (2012) mais en changeant le genre de tous les personnages. Étrange n’est-ce pas? Mais pourquoi un film où les femmes sont en majorité et en position de force nous semble si bizarre, si anormal? Je vous invite à penser à vos films préféré et vous prêter à cet exercice. Dans plusieurs cas moderne, le changement n’est pas si curieux (heureusement), mais dans plusieurs cas, il l’est toujours.

Parlons maintenant de la situation dans laquelle notre bien aimé Trump signe une politique qui rend plus difficile l’accès a l’avortement pour les femmes. Le tout semble avoir été décidé par une majorité d’hommes. Mais, honnêtement, en 2017, c’est assez insultant d’encore devoir se battre pour les droits quand il en vient à notre propre corps. J’ai longtemps débattue avec moi même sur le sujet de l’avortement et, même si je respect et comprend les opinions de ceux qui sont ”pro vie”, je dois avouer que mes recherche sur le sujet m’ont mener a être ”pro-choix”. Je suis tombé sur cet argument qui, je trouve, résume bien mon point de vue:

b4eed635422076ea204d518c54012dc2”On doit demander le consentement d’un donneur d’organe pour sauver des vies. Si on donne le droit au corps d’une femme a un fétus, non seulement ont donne plus de droit au fétus qu’a une personne qui est déjà née, mais on donne moins de droit aux femmes qu’a un cadavre. ‘‘ – Inconnu

La sexualisation de la femme est aussi un problème dans notre société. C’est un thème présent dans presque tous les médias que l’on consomme et qui touche les filles et les femmes de tout âges. Le sexe vend, et c’est ce de ce fait que profite les compagnies. Comme l’a dit Sisi dans son article, les femmes se retrouvent souvent décapités sur les affiches de films, ne montrant leur corps qu’en tant qu’objet sexuelle, enlevant leur individualité et leur statut de personne quand les créateurs de ces affiches décide de ne pas inclure leurs visages. C’est encore plus troublant lorsque c’est une jeune fille qui est représenté d’une tel façon, puisque les adolescent et les enfants sont toujours en quête d’identité, et si tout ce qu’ils voient sont des images hypersexualisés, c’est ces habitudes qu’ils vont adopté. Mais même si les médias de masses nous montre des exemple ou la femme est sexy, ou elle est aguicheuse, elle ne doit pas trop l’être, sinon elle est rejetée, rabaissée pour les tendances qu’elle sait fait dire d’adopter par les même personnes qui vont la dénigrer.

landscape-1484242376-womens-march

Notre culture n’est pas parfaite, loin de là, mais je suis consciente de l’avancement dans l’égalité et l’inclusion, et pas seulement lorsque l’ont parle de sexe. J’apprécie les hommes et les femmes avant nous qui se sont battues pour les mêmes droits que nous aujourd’hui, mais, malgré ce que peuvent penser certain, la bataille est loin d’être fini, et pas seulement ici. Nous avons besoin du féminisme parce que, dans plusieurs pays d’Afrique, des petites filles sont encore vendue en mariage à des hommes qui pourrais être leur père. Parce que des femmes au Pakistan se font encore lancer de l’acide au visage si elles désobéissent à leurs maris. Parce que lorsqu’une femme se fait violer, on lui demande ce qu’elle portait et on s’inquiète plus de l’avenir de l’agresseur que de la victime. Parce que, lorsqu’un homme se fait violer, on assume que c’est impossible, qu’il a du aimer ça ou qu’il l’a cherché.

Les inégalité nous touchent tous, certains plus que d’autre, mais ça ne devrait jamais influencer notre désir de rendre le monde encore meilleur. N’hésitez pas a me donner votre opinion sur les sujets dont j’ai parler, j’ai du m’arrêter pour ne pas avoir un article trop chargé, mais ça me ferait plaisir de continuer à en discuter de façon civiliser avec ceux qui le veulent.

”If you consider a woman less pure after you’ve touched her maybe you should take a look at your hands’‘ – Kaija Sabbah

true feminism gender equality

Mes sources ici ici ici et ici.

Society Of The Living Dead

Avec la sortie de la série The Walking Dead en 2010, le genre des zombies s’est rapidement fait une place dans notre culture populaire. Ce genre fut popularisé par Night of the Living Dead (1968), qui fut la première représentation des morts-vivants tel que nous les connaissons aujourd’hui. C’est une catégorie cinématographique que j’adore et dont je ne me tanne pas, même si je dois avouer que la plupart des films explorant ce thème sont plutôt médiocres. C’est pour cette raison que l’émission hit de AMC fut si rafraîchissante; amenant des concepts originaux avec un budget énorme, les créateurs, acteurs, producteur, etc. réussissent à transformer un genre en quelque chose de nouveaux.

Ma passion pour ce scénario post-apocalyptique m’a souvent amené à me questionner sur les motifs qu’ont les gens (moi inclue) a consommer de tels histoires, souvent remplie d’horreur et de gore. En quoi la fin du monde est attrayante, et pourquoi sommes-nous si fasciné par cette idée?

the-walking-dead-twd-saison-5-video-acteurs

Plusieurs grands penseurs, incluant Aristote et Freud, développe la théorie du catharsis, qui est une façon de purger ses émotions (souvent négative) à travers l’art. Cette théorie s’applique bien ici, puisque l’on peut s’identifier aux survivants de ces films/série télévisé d’apocalypse zombie et vivre à travers eux la violence que l’on ne peut pas extérioriser dans notre société. Les tueries dans ces récits sont acceptables, puisque c’est une question de vie ou de mort où les personnages peuvent laisser libre court à leur agressivité. Le spectateur peut donc laisser ressortir ses émotions et, après avoir terminer son visionnement, se sentir plus en contrôle et moins agressif (en théorie). Bien évidemment, ce n’est pas le cas pour tout le monde, même que certaines études affirment le contraire, mais cette explication peut quand même s’appliquer.

the-walking-dead-buildings-cityscapes-803341-1080x1920Peut être que notre soif pour l’horreur est guidé par un instinct primal. De nos jours, être en danger n’est pas aussi commun que ce l’a un jour été, nous n’avons plus a nous défendre contre des animaux sauvages, des tribus barbares ou de la nature elle-même (a quelques exceptions près), nous pouvons nous promener dans la relative sécurité de notre société. Écouter un film d’horreur, dans notre cas avec des zombies, nous offre donc une façon de ressentir une poussé d’adrénaline dans un environnement sur, mais aussi de nous offrir un sentiment fort de soulagement lorsque l’horreur se termine. Certains croient qu’un rythme cardiaque et une respiration accéléré cause une excitation psychologique qui amène le spectateur a ressentir un sentiment d’euphorie qui intensifie les émotions positives, nous encourageant a laisser de côté la peur que l’on a ressenti durant le film/serie pour le souvenir d’un bon temps, nous poussant a continuer a consommer des récits terrifiant.

Malgré notre amour pour la technologie, nous savons tous que celle-ci à un contrôle assez grand sur nos vies, que nous en sommes dépendant. Par contre, le désir de perdre cette dépendance est également quelque chose que l’on veut. Un monde post-apocalyptique répare, de façon plutôt extrême, notre soumissions face aux objets technologique moderne en nous propulsant dans un monde ou, non seulement il n’y a pas d’internet ou d’électricité, mais pas de responsabilités. Tout cela nous permet de nous imaginer dans un univers ou le but principale est de survivre, pas de distractions, pas de pression et pas de règles. Dans un monde qui est sans cesse en marche, l’humain veut sortir de sa routine et, malgré l’aspect horrifique du tout, une des façon dont il s’imagine s’y échapper est avec la destruction totale d’une société que plusieurs considèrent comme dysfonctionnel.

«They’re coming to get you, Barbara.»

nold_master_copy__detail_carousel

Mes sources: ici ici ici ici et ici

Reportages Sélectifs

Vous êtes surement au courant de l’attentat qui a eu lieu à Londres hier, le mercredi 22 mars, et qui a causé la mort de 4 personnes, incluant l’assaillant, et blessé environ 40 personnes. L’attaquant, après avoir passé en voiture sur le pont Westminster et reversé plusieurs piétons, fonce dans la clôture de Parlement pour ensuite sortir de son véhicule et poignarder un policier, il fut abattu par d’autres agents de la loi avant de pouvoir causé plus de dégâts.  «Je ne vais pas faire de commentaires sur l’identité de l’assaillant (…) mais nous privilégions la piste du terrorisme islamiste». C’est ce que Mark Rowley, commandant de l’unité anti-terrorisme, déclare aux foules hier. Aujourd’hui, l’état islamique revendique l’acte terroriste.

Je dois avouer que, de mon côté, je ne m’y connais que très peu (même pas vraiment) en politique international et en ce qui est liées à l’état Islamique, il m’est donc difficile de former une opinion définitive sur des sujets qui tournent autour de ces thèmes. Évidemment, une attaque comme celle-ci n’est jamais acceptable et c’est horrible de savoir que de tel chose se produisent encore. Mon cœur va vers les blessés, les morts et les familles de ceux-ci.

asset-version-ce919ca30e-303671508

Par contre, c’est impossible pour moi de fermer les yeux sur ce qui est dysfonctionnel dans la représentation qu’a les médias des actes terroristes dans nos pays occidentaux. Nous avons l’impression, avec les reportages en direct, l’omniprésence de caméras et le partage instantané d’informations, que nous vivons dans une période de Wars-Long-Run-military-civilian-fatalities-from-Breckel’histoire où la violence est partout et où le danger d’une attaque terroriste est imminente.  Les statistiques prouvent au contraire que le XXIe est une des périodes les plus paisible de l’histoire, contenant peu de conflits entre pays et peu de morts militaires durant les conflits en question.  Par cela, je ne veux absolument pas dire qu’on ne devrait pas se plaindre, au contraire, le désir d’améliorer nos conditions de vie est ce qui à mener à un monde qui, aujourd’hui, est dans une période pacifique, mais ‘’période pacifique’’ ne veux pas dire aucunes guerres, aucuns conflits ni aucune violence.

Parlant de conflits et de violence, je veux aussi lever un point important dans le sujet de la représentation des médias et comment nous y réagissons. Je veux parler, quelque peu rapidement (comme le fait les médias le font), des attaques terroristes dans d’autres pays. Jamais celles-ci ne sont aussi médiatisé que celles des pays d’Europe ou de l’Amérique du Nord et, pourtant, elles sont tout aussi (sinon plus) mortelle que celles que l’on voit souvent à la télévision, alors pourquoi ces attaques sont moins couvertes par les nouvelles de nos pays? Serait-ce parce que nous sommes séparés par un océans, une culture et une langue, ou bien parce que les pays touchés par ces catastrophes sont des ‘’ennemis’’ de nos pays?

syria-destroyed2

Je vais répéter ma déclaration de plus tôt, je n’y connais que très peu en politique, mais je vais quand même tenter de formuler un avis avec l’informations que j’ai en ce moment, mais sachez que je suis ouverte à changer mon jugement si quelque chose me convainc ou que j’apprend que certaines de mes informations sont fausse. Bref, je continue. Nous savons tous qu’en Syrie, ça ne va pas très bien, mais malgré notre savoir de la condition du pays, à part un reportage par-ci, par-là de temps en temps, nous n’en entendons pas vraiment parler. Pourtant, la guerre y fait rage et le nombres de victimes civils ne fait qu’augmenter avec le temps. Toutefois le gouvernement des États-Unis, surtout notre bien-aimé Trump, met des bâtons dans les roues du nombre immense de réfugier qu’ils ont causé (en partie) en tentant d’aider durant la guerre civile. Les conditions de vie dans ce pays sont maintenant déplorable, j’ai lu un article très intéressant et troublant parlant d’un correspondant de guerre déployé en Iraq, Anand Gopal, qui raconte ce qu’il a vue en Syrie, en Iraq et au Yémen.  J’ai soulevé une de ces citations où il parle des attaques Américaines sur la ville de Mosul:

“The houses are really close together and so you can have a case where an ISIS sniper is on a house and the Americans are dropping bombs on the house and killing everybody inside including families that are cowering in the basement, people who are being shot on the street in sight. It’s a real humanitarian disaster that’s unfolding as we speak.”

Un acte terroriste est un acte terroriste, peu importe le pays dans lequel il prend place, peu importe la victime. Ainsi, pourquoi une attaque à Londres est plus ‘’importante’’ au yeux des médias qu’une attaque en Syrie, alors que, dans les deux cas, des victimes innocentes ont succombés aux assauts d’une guerre dont ils ne font pas partie?

N’hésitez pas à vous informer par vous-même et à me partager vos opinions, qu’elles soit similaire ou pas.

«La guerre, la guerre, s’pas une raison pour ce faire mal!»

ukraine-press

Mes sources ici, ici, ici, ici, ici et ici.

 

#YesHomo

Cet article est en réponse à La Belle et la Bête : un remake jugé trop « gay » de Sisi La médiatrice.

J’ai trouvé que ton article avait plusieurs points forts et que ton opinion sur la communauté LGBTQ à sa place dans notre ère moderne. J’avoue par contre être en léger désaccord avec certaines de tes positions par rapport à l’inclusion de ce groupe dans le domaine du cinéma. J’espère être capable de bien m’exprimer sur le sujet et de ne poser aucune offense envers toi. Vers la fin de ton billet, tu dis « (…) cela peut éloigner l’histoire de son but premier ou bien la fausser. Parfois ce n’est pas cohérent ou cela semble bien trop plaqué à cette obligation et non voulu et instinctif par les créateurs du film et le personnage perd de sa crédibilité. De plus, je pense que l’art ne devrait pas être soumis à des obligations, en tant qu’art il se doit d’être libre. ». Je comprends ton point de vue et je suis tenté de me mettre du même côté, mais je me pousse à me questionner un peu plus sur le sujet.

60421124b14399a55dc3103980c31561

Quand tu dis que la création d’un personnage gai (dans ce cas précis) peut éloigner ou distraire du but premier du film, je me voie en désaccord, du fait que le personnage en question garde probablement tous les aspects premiers de sa personnalité, et que, malgré son orientation sexuelle, Lefou va (je l’espère) compléter la mission originale de son personnage. Le fait d’être homosexuelle ne le défini pas en tant que personne, tout comme le fait d’être hétérosexuel ne définit pas le reste des personnages. De plus, il est un personnage secondaire, ce qui laisse supposer que son implication dans l’histoire principale sera des plus minime, je partage donc ton incrédulité quand certains pays classifie ce film de ”propagande”.

FB7C7E96-D1CA-C8E6-9A7D6D1E7892BB9F

Le fait que la sexualité d’un individu n’est pas cohérant avec le récit m’a aussi poussé à me questionner sur comment cette citation peut se traduire au monde réel. Dans la réalité, c’est au hasard que l’on doit son orientation sexuelle, et non à la logique. Je comprends que ton affirmation ne critique pas l’ajout des homosexuels dans les films, mais bien le sentiment d’obligation que ressent l’industrie d’y inclure ce genre de personnages. Par contre, je pense que l’inclusion de personnages qui ne sont pas hétéro est devenue quelque chose qui représente tellement notre société qu’il serait plus étrange de ne pas en mettre dans nos médias. De plus, avec une adaptation comme « La belle et la bête » où la variété dans les personnages est quasi inexistante, (ce qui fait du sens considèrent le lieu et la période où le tout prend place) je trouve l’inclusion d’un rôle tel qu’interprété par Josh Gad est un bon reflet de nos valeurs modernes tout en gardant le cœur de l’histoire intacte. N’ayant pas vue le film, je ne peux pas affirmer que le tout ne fera pas perdre de crédibilité au personnage, mais j’espère fortement que la réalisation de Lefou sera bien produite pour que ça ne soit pas le cas.

josh-gad-movies-11

Pour terminer, la liberté de l’art est en effet remise en question avec la mode d’inclure un protagoniste qui ‘’sort des normes’’, mais n’est-ce pas justement cette liberté qui permet a la communauté LGBTQ d’avoir une voix dans ce 7e art? Le cinéma est un des médias les plus populaire de notre génération et, depuis peu, les orientations sexuelles n’étaient que très peu représentées au grand et au petit écran. Considérant que 3.8% des adultes aux États-Unis se considère comme gay, lesbienne, bisexuelle ou transgenre, et que 11% des Américains avouent avoir une attirance pour une personne du même sexe, il était temps de normaliser ces tendances au cinéma. Je pense aussi que les œuvres d’arts ont toujours reflétés le monde et l’époque où elles prennent place ce qui, aujourd’hui, se traduit avec la diversité et l’inclusion de celle-ci.

De nouveau, je respecte ton opinion et comprend le message positif de ton billet de blog et j’espère m’être bien exprimer dans mon commentaire. Si vous lisez cet article sans voir lu celui de Sisi, je vous conseil fortement d’aller le lire.

UPDATE: Voici quelques émissions qui présentent bien des memebres de la communauté LGBTQ si ca intéresse quelqu’un :Brooklyn Nine-nine, Sense8, Orphan Black,The 100, Supergirl.

beauty-and-the-beast-lefou

Mes sources sont ici et ici.

Recommandations!

Petit article bonus avec quelques-uns de mes YouTubers préférés qui, comme le veut le cadre de notre cours, parlent de diverses problématiques et offrent des opinions et des informations intéressantes.  J’ai choisi 3 vidéo pour chaque créateur qui, je trouve, représente bien leurs chaines YouTube. J’espère que vous y découvrirez des nouveaux intérêts. N’hésitez pas à me recommander des Chaines YouTube aussi, j’adore en découvrir des nouveaux!

Boyinaband

Dave fait majoritairement des vidéos musicales sur des problématiques mondiales, comme l’éducation, les intelligences Artificielles ou le manque de sources dans les médias de nos jours.

ASAPscience

Mitchell et Gregory sont un couple de YouTuber qui tiennent une chaine visant à répondre à plusieurs question en vulgarisant du contenu scientifique et rendre le tout dynamique et intéressant.

Philip Defranco

Philip tente de rester neutre quand il relate les faits dans sa chaine de nouvelles, même si ses opinions peuvent parfois conforter celle des autres.

Anna Akana

Anna est une actrice, humoriste, directrice, et YouTubeuse qui tente d’enlever les stigmas sur les maladies mentales en réalisant des vidéos humoristiques sur plusieurs problématiques sociales.

 

La Propagande en tenue camo.

20161108004948

J’ai récemment écouté le film ‘’Hacksaw Ridge’’ qui raconte l’histoire vrai de Desmond Doss un fervent catholique et pacifiste qui, refusant de porter un arme sur le terrains à cause de son objection de conscience, réussi seul à sauver 75 soldats se trouvant derrière la ligne ennemi après une des batailles les plus mortel de la deuxième guerre mondiale. Le récit raconte sa bravoure et sa bonté, son patriotisme sans borne, sa croyant en la cause et en Dieu, et sa conviction de fer quand il en vient à sauver les vies de ses compagnons. Travaillant comme docteur, il veut simplement sauver des vies sur le front, et non en prendre, refusant catégoriquement de toucher un fusil, malgré l’insistance de ses supérieurs.

Les actions de Doss ont amené des larmes à mes yeux, sa bravoure n’est pas mise en doute et ses gestes sont sans aucun doutes digne de la médaille d’honneur qu’il a reçu. Par contre, avec tout le respect que nous lui devons, j’aimerais maintenant mettre l’attention sur ces multiples films de guerres inspirés de faits vécues qui ne présente qu’un côté des choses.

Pour ceux qui ont l’intention d’écouter ce film *SPOILER ALERT* à partir d’ici, mais je dois avoué que c’est une histoire vrai qui a eu lieu durant la deuxième guerres mondiales, alors ”Spoiler” est un terme étrange dans ce cas.

faith-of-doss_article_meet-desmond-the-hero-of-hacksaw-ridge_1

La bataille d’Okinawa se déroula sur les îles japonaises Ryukyu et qui fut plusieurs pertes dans les deux camps. Même si, dans le film, il est évident que ce fait fut respecté, nous ne voyons vraiment que le côté horrible des pertes américaine, voyant la mort des japonais comme moins grave, moins importante. De plus, Doss, profondément encré dans ses convictions pacifistes, a une fois profonde quand il en vient à l’importance de se battre pour sa pays (la plus grande et plus noble nation du monde, bien évidement), même si sa foi religieuse lui interdit de tuer. Alors pourquoi participer à une guerre qui va à l’encontre de ses croyances, parce que, même s’il n’a tué personne de ses propres mains, il participe à une guerre où ses compagnons et son pays cherchent activement à causer le plus de pertes possible.

crgnt

“There was some return fire from a few of the houses, but the others were probably occupied by civilians – and we didn’t care. It was a terrible thing not to distinguish between the enemy and women and children. Americans always had great compassion, especially for children. Now we fired indiscriminately.” (Feifer, George, The Battle of Okinawa, The Lyons Press (2001), p. 374.)

Quand il en vient au peuple japonais, surtout celui des îles attaquées, sont probablement ceux qui ont souffert le plus dans cette assaut. Les civils habitant les îles ont été conscrit de force à l’armée japonaise ou forcé au suicide par ces mêmes hommes. Selon mes sources, un peu moins de 150 000 habitants sont décédés durant ces 82 jours de combats, laissant une population d’autrefois 300 000 habitants avec des pertes énormes. Mais ça, on n’en parle pas dans les films hollywoodiens, où les héros américains sont l’ultime force du bien et de la justice et où toutes actions sont excusables si le résultat est celui désirer. Nous sommes une société très patriotique qui justifie ses actions violentes en diabolisant l’ennemi à l’aide de films de propagande qui, aujourd’hui, sont camouflés en films divertissants.

andrew-garfield-as-desmond-t-doss

De plus, même si le réalisateur du film à clairement chercher à rendre celui-ci le plus exacte possible, je n’ai pu m’empêcher de réalisé que, de son vivant, Mr. Doss n’a jamais accepté d’adaptations cinématographique de ses exploits, craignant que ses valeurs ne soient changées, et que ce n’est qu’après sa mort, en 2006, qu’un film ne fut réalisé. J’avoue par contre que ce récit est rafraîchissant par le point de vue pacifiste qu’il aborde et que Desmond Doss est l’un de ses hommes qui a vraiment cherché à rendre le monde un peu moins mutilé et blessé.

“I made it a practice to go out on patrol with the men. The non-com warned me not to, but I told him, it may not be my duty but it was what I believed in.’’ (Desmond Doss)

960

Vous trouverez mes sources Iciiciiciiciici et aussi ici .